Décès de Jean Deygout

mardi 5 avril 2011
popularité : 44%

Jean Deygout vient de disparaître. Il avait 82 ans. Il était membre du Comité de parrainage de l’Himase. Nous publions ici une courte note biographique rédigée par l’Unsa-Éducation

Avec Jean Deygout disparaît à 82 ans un éminent haut-fonctionnaire du ministère de l’Éducation nationale, mais avant tout un militant fortement engagé au service de l’enseignement public et des organisations laïques. La fédération UNSA Éducation perd un ami, très régulièrement présent aux réunions du Centre Henri-Aigueperse et que nous avions encore croisé pendant les manifestations contre la réforme des retraites.

Jean Deygout avait accompli une brillante carrière administrative. Elle l’avait conduit de l’agrégation de géographie aux fonctions d’inspecteur d’académie, d’inspecteur général, de directeur des Personnels enseignants (1969-1974) puis de directeur des Écoles au ministère de l’Éducation nationale (1974-1978).

Mais Jean Deygout était d’abord un militant laïque de toujours. Jeune professeur, il était devenu secrétaire général de la Fédération des Œuvres Laïques de son département. Responsable de la Fédération générale des Pupilles de l’École publique (FGPEP) de 1961 à 1973 comme secrétaire administratif puis vice président, il en assume la présidence de 1973 à 1995 permettant aux PEP de rester un grand mouvement social et éducatif. Il avait également été vice-président de la confédération Jeunesse au Plein Air et administrateur du CCOMCEN.

Inspecteur d’académie, il avait été détaché comme directeur de l’enseignement de la jeune république du Niger. Toujours attentif à l’enseignement « hors de France », il était également vice-président de la Mission laïque française.

Pour Jean Deygout, « laïcité » et « solidarité » n’étaient ni des slogans ni de simples idées, mais une manière de vivre sur fond de profonde rigueur intellectuelle et de très grande simplicité.

Les obsèques de Jean Deygout auront lieu jeudi 7 avril 2011 au crématorium du cimetière du Père-Lachaise (75020 Paris). Ceux qui l’ont connu et apprécié peuvent adresser un message à hommages.jdeygout@lespep.org.

Communiqué de presse de l’UNSA Éducation

Avec Jean Deygout, le service public d’éducation et le mouvement laïque perdent un grand serviteur

La fédération UNSA Éducation s’incline devant la mémoire de Jean Deygout qui vient de nous quitter.

Jeune agrégé de géographie, il milite activement à la Ligue de l’Enseignement. Inspecteur d’académie, inspecteur général de l’Éducation nationale, directeur des personnels enseignants puis des écoles au ministère de l’Éducation nationale, il continue parallèlement à exercer des responsabilités dans les mouvements laïques, notamment à la Fédération générale des pupilles de l’École publique au bureau de laquelle il siège de 1961 à 1973 avant d’en exercer la présidence de 1973 à 1995, puis d’en devenir président d’honneur. Parallèlement, cet ancien inspecteur d’académie détaché comme directeur de l’enseignement de la jeune république du Niger s’investit à la mission laïque française dont il était encore vice-président.

Avec Jean Deygout, l’UNSA Éducation et ses syndicats nationaux perdent un ami, le service public d’éducation et le mouvement laïque un grand serviteur.


Commentaires

Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur

Brèves

23 janvier 2016 - Décès de Jean Têtard

Jean Têtard, ancien secrétaire général du Syndicat national de inspecteurs départementaux de (...)

20 juin 2012 - Revue Dissidences, numéro 10

Le revue Dissidences consacre un numéro à l’historien Pierre Broué, sous le titre : Pierre Broué, (...)

26 janvier 2012 - Décès de Robert Micheau (1931-2012)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Robert Micheau, le 22 janvier (...)

19 décembre 2011 - Décès de Michel Fanara

L’épouse de Michel FANARA , Anna, ancienne secrétaire du SNETAA a eu le douloureux devoir de faire (...)

1er juin 2011 - "Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique".

"Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique". (...)