Décès de René Teulade (1931-2014)

lundi 24 février 2014
par Luc Bentz (rédacteur)
popularité : 100%

René Teulade est né le 17 juin 1931 à Monceaux-sur-Dordogne (Corrèze) dans une famille modeste. Il est décédé à Paris, des suites d’un accident vasculaire cérébral, le 13 février 2014. Instituteur, maître de cours complémentaire puis principal adjoint de collège, Il fut notamment président de la MRIFEN et de la FNMF, ministre des Affaires sociales et président de la section des affaires sociales du Conseil économique et sociale. Engagé en politique, proche de François Hollande, il était lors de son décès sénateur-maire d’Argentat (Corrèze).

Issu d’un milieu modeste, orphelin de père à douze ans, René Teulade avait été élève de l’école normale de Tulle (1947-1951), instituteur puis maître de cours complémentaire (1956) au collège d’Argentat dont il devint en 1968 principal adjoint (dans l’appellation de l’époque : directeur-adjoint de CES).

Son engagement syndical l’avait conduit à prendre la direction de la section de Corrèze du Syndicat national des instituteurs (SNI) de 1964 à 1968, puis celle de la FEN [1]). En 1967, il fut candidat en position non éligible (22e) sur la liste de la majorité UID que conduisait Pierre Desvalois.

René Teulade avait pris des responsabilités nationales à partir des années soixante-dix dans la Mutualité Retraite des Instituteurs et Fonctionnaires de l’Éducation nationale (MRIFEN, puis MRFP après son extension à la Fonction publique), initialement créée pour offrir un complément-retraite mutualiste aux instituteurs secrétaires de mairie [2].

René Teulade devint président de la MRIFEN de 1974 jusqu’en 1992 [3]. Parallèlement impliqué dans la Mutualité, il entama un long mandat comme président de la FNMF (Fédération nationale de la mutualité française) de 1979 à 1992, année où il devint ministre des Affaires sociales et de l’Intégration dans le gouvernement Bérogovoy.

À ce titre, il fit voter une loi prévoyant la mise en place de références médicales opposables (RMO) dans un dispositif visant à une maîtrise médicalisée des dépenses de santé. Ce texte resta inappliqué faute des décrets d’application nécessaires après l’alternance politique de 1993.

René Teulade fut également actif sur les questions de retraites, notamment comme rapporteur de l’avis voté par le Conseil économique et social sur les retraites en 2000 malgré une très vive opposition du patronat. Il s’y montrait en effet défenseur des régimes par répartition et de la solidarité.

Engagé en politique, il devient en 1989 maire d’Argentat à la tête d’une liste de gauche, fut ensuite élu (1993) conseiller général [4]. de 1998 à 2002, il avait été député suppléant de François Hollande. En 2002, il fut élu sénateur de Corrèze. Il avait décidé de ne pas se représenter à la mairie d’Argentat après vingt-cinq ans d’un mandat municipal dont il était extrêmement fier.

Alors qu’il participait à un colloque parlementaire sur la santé au travail, René Teulade fut frappé d’une crise cardiaque puis d’un accident vasculaire cérébral qui l’emporta le 13 février 2014.

Lors de ses obsèques, le 18 février 2014, deux hommages lui furent rendus par son successeur à la mairie et par le président de la République, François Hollande.

Voir aussi :


[1] La tradition dans le département était que les responsables, issus de la majorité, fussent pendant quatre années secrétaires départementaux du SNI puis, les quatre années suivantes, secrétaires départementaux de la FEN[[Information donnée par Paul Faure qui lui succéda au SNI.

[2] Le décès brutal de Georges Aulong, pendant l’été 1970, accentua son engagement.

[3] René Teulade avait été mis en cause en 2002 dans une procédure pénale visant les dirigeants de la MRFP. Personnellement « très blessé », comme le précise la nécrologie de Michel Noblecourt dans le Monde daté des 16-17 février 2014), René Teulade réaffirma constamment « avoir le sentiment de ne jamais avoir abusé la confiance de [ses] camarades militants ».

[4] Lors du basculement du conseil général de Corrèze, en 2008, il en fut premier vice-président jusqu’en 2011, année où il ne fut pas candidat à sa réélection.


Commentaires

Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur

Brèves

23 janvier 2016 - Décès de Jean Têtard

Jean Têtard, ancien secrétaire général du Syndicat national de inspecteurs départementaux de (...)

20 juin 2012 - Revue Dissidences, numéro 10

Le revue Dissidences consacre un numéro à l’historien Pierre Broué, sous le titre : Pierre Broué, (...)

26 janvier 2012 - Décès de Robert Micheau (1931-2012)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Robert Micheau, le 22 janvier (...)

19 décembre 2011 - Décès de Michel Fanara

L’épouse de Michel FANARA , Anna, ancienne secrétaire du SNETAA a eu le douloureux devoir de faire (...)

1er juin 2011 - "Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique".

"Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique". (...)