Décès de Suzanne Cheinet (1916 - 2009)

dimanche 20 septembre 2009
par Alain Dalançon
popularité : 100%

Suzanne Cheinet est décédée le 20 septembre 2009 en Avignon où elle s’était retirée. Elle aurait eu 93 ans le 21 novembre prochain. Professeur agrégée de sciences physiques, cette militante communiste fut une des rares femmes à jouer un rôle de tout premier plan dans l’histoire de notre syndicalisme depuis la Libération jusque dans les années 1970.

Après des études à Marseille (Bouches-du-Rhône) où elle obtint son baccalauréat elle intégra l’École normale de jeunes filles de Sèvres en 1937 et fut reçue seconde à l’agrégation de sciences physiques en 1941.

Sa carrière débuta au collège de La Rochelle (Charente-Maritime) puis elle enseigna au Mans (Sarthe), à Saint-Quentin (Aisne), au lycée Condorcet (annexe Montmorency), au lycée Hélène-Boucher de Paris et enfin au lycée Fénelon, en tant que professeure de classe préparatoire jusqu’à sa retraite en 1977.

Elle avait adhéré avant la guerre à l’organisation des étudiants communistes et participé à l’aide à l’Espagne républicaine. Membre du PCF à la Libération, elle fut présentée aux élections de la deuxième Assemblée constituante en 1946 et aux élections législatives suivantes de novembre 1946. Elle milita dans le Mouvement de la paix, à l’Union des femmes françaises et au PCF. Mais son activité militante fut surtout syndicale.

Militante du nouveau SNES à la Libération, elle se prononça pour le maintien de la Fédération de l’éducation nationale (FEN) et du SNES dans la CGT en 1948. Elle milita activement à la FEN-CGT de 1948 à 1954 aux côtés de Jacqueline Marchand. Elle fut élue membre de la CA nationale et du bureau national du SNES en 1952 sur la liste B (ex-cégétistes) et allait être ensuite constamment réélue membre de la CA sur la liste B puis « Unité et Action » jusqu’en 1975. Dès 1964, elle fut élue secrétaire de la catégorie des agrégés dans la direction du SNES, trois ans avant qu’« Unité et Action » ne devînt majoritaire en 1967.

Élue commissaire paritaire nationale pour la première fois en 1952, elle resta élue du personnel jusqu’en 1976 et fut en même temps membre de la Société des agrégés, de l’Union des physiciens et de l’Union des professeurs de spéciales.

Suzanne consacra une grande partie de son activité à la défense de l’agrégation, milita pour la disparition des agrégations féminines, la démocratisation du recrutement des CPGE et l’extension des chaires supérieures. Discrète dans les débats des instances statutaires du syndicat, elle était très respectée pour ses compétences et la fermeté de ses positions et les acquis du SNES dans ces domaines doivent beaucoup à son action.

Depuis sa retraite en Avignon, elle militait au MRAP, au MNLE 13 et dans des associations locales. Elle était membre de la commission exécutive de la Fédération générale des retraités du Vaucluse depuis 1985.

(extrait du nouveau Maitron tome 3)


Commentaires

Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur

Brèves

23 janvier 2016 - Décès de Jean Têtard

Jean Têtard, ancien secrétaire général du Syndicat national de inspecteurs départementaux de (...)

20 juin 2012 - Revue Dissidences, numéro 10

Le revue Dissidences consacre un numéro à l’historien Pierre Broué, sous le titre : Pierre Broué, (...)

26 janvier 2012 - Décès de Robert Micheau (1931-2012)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Robert Micheau, le 22 janvier (...)

19 décembre 2011 - Décès de Michel Fanara

L’épouse de Michel FANARA , Anna, ancienne secrétaire du SNETAA a eu le douloureux devoir de faire (...)

1er juin 2011 - "Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique".

"Chicago, le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique". (...)